gpltv
chorloge
Derniers Posts

GPL, 20 ans
par Titi

GPL Rank
par Robert Fleurke

absence
par fgerbo

Archives hist..
par fgerbo

Résumé Jops
par bigdr650

Prochain GP

21-10-2018
Circuit
Laguna_Seca
53 tours
Pilote


Pilotes,

Connectez-vous
à votre espace
membre.
Connexion
X

Utilise tes identifiants F1Legends


pour te connecter à ton espace membre


(les champs sont sensibles aux majuscules et minuscules)




Nom pilote GPL





Mot de passe





Préqualifs

1. Patrick Cornu
Lot :


1.06.086


2. David Vanmul..
Bra :


1.06.586


3. Alain Rochette
Eag :


1.06.835


4. Tristan Bot
Coo :


1.07.270


5. Phil Ebarti
Coo :


1.07.331




Monza - 2018

Image
Un mini événement a eu lieu sur F1Legends. La caravane est revenue à Monza après quatre ans d’absence. Qui l’eut cru ! Circuit ultra rapide, propice à la baston, relativement simple, parfait pour une reprise. Ici, être capable d’aller chercher les derniers dixièmes représente un joli défi que certains ont relevé avec brio. Avec qui ?... Avec brio… C’est une expression…



S2 (14 pilotes) : un anniversaire sous pression… de champagne
Aux qualifications, 7 pilotes en moins d’une demi seconde. Roberto Baldassarri, le régional de l’étape au volant de la Ferrari arrache la pole en 1.28.594. De nombreuses Eagle et Ferrari sur la grille de départ, quelques Lotus et une BRM avec Thiery Genoud à son bord. Il fallait le faire, même si la suite fut moins folichonne pour lui.
Des combats, il y en a eu. Des rails d’une intransigeante inhospitalité et des Parabolica loupées, quoi de plus normal. Des moteurs barbecues, pour se souvenir amèrement que l’été touche à sa fin.
A l’entame du tour 2, Michel Fournié prend le lead grâce à une meilleure accélération en sortie de Parabolica. Michel se rabat un poil trop tôt sur Roberto. Les conséquences auraient pu être plus graves et ont surtout handicapé le fautif avec une légère perte de puissance.
Au tour 5, Dulima dépasse Roberto juste avant Curva Grande, remonte sur Michel et fait un extérieur de toute beauté à la Parabolica au tour 7. Derrière, Roberto tire avantage de la situation et prend la seconde place.
Après de multiples péripéties où chacun pourrait être cité dans ce résumé, deux faits d’arme ont retenu mon attention. Au tour 17, Rolf fait un freinage maîtrisé à Lesmo 1 pour cueillir Paul par l’intérieur. Pour réussir un tel dépassement, il faut aussi louer le sang-froid de Paul qui a bien senti le coup. Entre la Parabolica du tour 37 et celle du tour 38, Alain Terremer a eu une explication courtoise et intense avec Dave Mustaine. Alain, sentant qu’il était trop court à Curva Grande, puis lâchant de nouveau avant Ascari, se décide au freinage de la Parabolica. Un régal et une belle leçon de fairplay entre ces deux pilotes.
Pour Dulima, solidement accroché à la première place dès le tour 7, il a fallu garder le rythme. Au moindre relâchement, Roberto était dans ses rétros. Un museau rouge et flamboyant qui prend toute la largeur de votre rétro, ça a de quoi vous mettre en tension. Un combat de tous les instants. Une bataille à coup de dixièmes et de meilleurs tours en course pour un finish avec moins d’une seconde d’écart ! Dulima s’offre la victoire pour son anniversaire et grâce à Roberto, elle n’en est que plus savoureuse.

Résultat du S2
1er : Dulima Dulima (Eagle) en 61m35.480s
2ème : Roberto Baldassarri (Ferrari) à 00.892s
3ème : Rolf Halbheer (Ferrari) à 23.659s


S1 (13 pilotes) : une explosion de statistiques et la revanche de Roadblock
Il faut remonter à 2009, l’année la plus fournie en nombre et en qualité de pilotes, pour voir une qualification aussi compétitive avec quatre fous du volant sous la barre des 1.27. La course de reprise fin août étant souvent peu propice à une haute compétitivité, le fait en est d’autant plus remarquable.
Tom Guérout emporte la pole en 1.26.616. La quatrième meilleure qualification de l’histoire de F1Legends à Monza après un certain Martin Audran (1.26.613 en 2009), Tom « himself » Guérout (1.26.579 en 2011) et l’ineffable 1.26.357 en Lotus de Martin Audran en 2008. Robert Fleurke avec son 1.26.641 en Lotus, Tristan Bot avec son 1.26.714 en Eagle et même Titi Douet avec son 1.26.829 en Lotus auraient, en d’autre temps, pris la pole sans discussion.
Enfin, il faut aussi noter une autre performance en bas de grille avec la préqualification sur le S1 de Patrick Cornu en Honda. Seul Jacques « Zozo » Leblond en 2006 puis 2007, et Philippe Renaud en 2012 ont réussi cet exploit. Si le chef, tellement friand de belles italiennes, programme de nouveau une manche en Lombardie, avis aux amateurs, jusqu’à présent, personne ne l’a réussi en BRM.
Remake inversé de la course de Roadblock où Robert partait en pole, Monza est la suite logique du combat des coqs. Ce coup-ci, c’est Tom qui a dû céder sa première place à Rob. Avec un rythme à peine plus élevé que Tom en début de course, Robert se construit un fin matelas… une serviette de toilette… un film plastique… Bref, un écart juste suffisant pour empêcher son concurrent d’être en capacité de tenter le moindre dépassement. Sur un rythme de course absolument stratosphérique, aucun d’eux ne va lâcher le moindre tour. Les meilleurs tours en course vont tomber dans l’escarcelle de l’un puis de l’autre jusqu’au drapeau final où Rob finit devant à deux secondes et Tom garde le meilleur tour en course en 1.26.932 contre 1.26.960 pour Robert !
Cette incroyable bataille au firmament gépélistique occulte les performances pourtant remarquables de Tristan et de Titi qui ont suivi le train toute la course, perdant seulement quelques dixièmes par ci par là, suffisant pour finir par se faire décrocher. Eux aussi ne se sont pas quittés jusqu’à une baisse de pression inquiétante dans le réservoir de Tristan l’obligeant à lever le pied. Trop occupé à économiser le moindre centilitre, il a oublié de regarder ses ingénieurs au bord de la piste lui crier qu’ils avaient réussi à se procurer un bidon d’essence au marché noir. Cela aurait pu grandement l’aider à sauver quelques places.
David Vanmullem avait revêtu la combinaison « mode guerrier Viking ». Début de course où ça a bien failli tourner au vinaigre, il a remonté le peloton jusqu’à la quatrième place, croisant au passage les coriaces Enrique Farina et Thierry Roget, un autre duo de choc en bataille constante. Aucun d’eux ne va craquer sur les 41 tours. Bel exploit. Vous avez les compliments de la rédaction.
Notons pour finir un dépassement entre trois pilotes sur un même virage, un fait assez rare. À la fin du tour 2, sorti de la Parabolica, Enrique ne peut résister à l’aspiration de Dag, suivi comme son ombre par Kram. A la Curva Grande, Dag passe au freinage alors que K.O. prend la ligne extérieure laissant Enrique sur la ligne intérieure.
Première victoire pour Robert Fleurke en F1Legends, champagne et petits fours à l’arrivée. À la rédaction, on se réjouit d’avance du spectacle, le combat Tom vs Robert semble devenir l’inéluctable ossature des prochaines courses sur le serveur 1. Nous n’oublions pas les David, Albert, Patrick, Tristan et autres Titi qui se chargeront d’ajouter leur grain de sel, poivre, coriandre, curry ou cardamone si le plat manque d’épice. Désolé pour ceux qui se sentiraient lésés de ne pas avoir été cité, n’y voyez rien de personnel. Si j’en rajoutais, le plat devenait indigeste… Mais je ne doute pas que quelques bandits de grand chemin, attendant patiemment leur heure, profiteront de la moindre aubaine si elle se (re)présente.

Résultat du S1
1er : Robert Fleurke (Lotus) en 59m56.401s
2ème : Tom Guérout (Eagle) à 2.304s
3ème : Titi Douet (Lotus) à 20.513s

Bon je vous laisse Alain est agité comme une puce. Il m’a demandé de faire court, et je viens d’entacher de mon écriture porcine trois gros bloc-notes. Il rouspète, maugrée, ronchonne. Mais à la vue du billet pour la Croatie que je viens de lui réserver sur un célèbre site de voyage, son regard ténébreux est déjà ailleurs. Opatija le voilà, il arrive, il est déjà prêt. Le serez-vous ?


Publié par Marc Duclos le 28-08-2018 à 15:18   Imprimer



Roadblock - 2018

Image
Et pour finir cette première partie de saison, tout le monde en Finlande ! L’une des patries qui a offert à GPL ses lettres de noblesses avec de nombreux pilotes virtuels de renom. Jack nous emmène à Roadblock, un circuit rapide, rythmé, vraiment taillé pour l’arsouille.


Serveur 2 (14 pilotes) : une course à élimination
Les qualifications présagent une nette domination de Roberto en 1.52.923. Derrière, c’est deux secondes moins rapide. Thiery va se montrer étincelant au volant de sa Honda. A distance, il va suivre le rythme du leader en Lotus.
Pour de la baston, direction le peloton, avec Jean Claude, Gianni, Dave M., Fk, Thierry C. et Paul. On ne pourra pas citer toutes les belles passes d’arme entre eux. En Lotus, Paul a été l’animateur principal de la soirée. Après avoir laissé passer la meute au tour 5, il va nous offrir une course d’attaque en reprenant en sept tours les cinq pilotes précités. Le plus beau dépassement étant celui qu’il réalise à Hairpin, sur Gianni en Cooper, au tour 11.
Pour la première place, ça va se jouer dans le dernier tiers de course. A l’entame du tour 22, Roberto arrache sa roue en pleine ligne droite sur le muret de sortie des stands ! On n’en sait pas plus, mais tout le monde s’interroge sur ce qui a bien pu se passer. Thiery prend la tête mais au tour 29, il passe dans la quatrième dimension en même temps que Paul et Fk. Un destin bien cruel.
Dave, qui était solidement accroché à la troisième place, hérite de la victoire, devant Alain et Gianni. De ces trois pilotes nous pouvons louer la grande régularité.

Résultat du S2
1er : Dave Rainier (Eagle) en 63m04.446s
2ème : Alain Terremer (Brabham) à 15.455s
3ème : Gianni Alvaro (Cooper) à 52.245s


Serveur 1 (15 pilotes) : une bataille au sommet
Rob en Ferrari chipe la pole à Tom en 1.50.190. Il a fallu qu’ils sortent le grand jeu car David très en forme a bien failli faire le hold up.
Le départ a été discipliné devant et plus tendu derrière. Rolf et Alain R. vont être ceux qui vont en faire les frais. Pour observer la plus belle animation du peloton, il fallait se mettre dans la BRM de Tristan. D’abord, il doit résister à Titi en Cooper qui finit par avoir le dernier mot à la sortie de Kinky au tour 10. Ensuite, Rolf, qui a su faire abstraction des déboires du départ, revient dans ses échappements peu après la mi-course. Tristan « Gall » Bot résiste, résiste, résiste face à la Ferrari jusqu’au drapeau à damier.
Enfin, les meilleurs pour la fin ! Robert n’a pas profité longtemps de son avantage. Dès le départ, Tom envoie du pâté au volant de sa Brabham et prend la tête de la course. Ensuite, c’est une bataille à coup de dixièmes entre eux. Au tour 11, Rob connaît de gros soucis techniques. Ca aurait pu se finir encastré dans un arbre, si ça avait eu lieu juste avant Hairpin. Pour que ce soit plus sympa pour le public, Tom fait une légère erreur de relance à l’entrée des Esses au tour 26. Le batave rode derrière mais Tom ne lui laissera jamais l’opportunité d’un dépassement. Drapeau à damier avec les deux pilotes roue dans roue. Le niveau de combativité et de maîtrise était juste incroyable. Merci messieurs, nous attendons la revanche lors d’un prochain rendez-vous.

Résultat du S1
1er : Tom Guérout (Brabham) en 59m39.492s
2ème : Robert Fleurke (Ferrari) à 00.696s
3ème : David Vanmullem (Brabham) à 28.762s


Au classement général, Tristan, Alain R. et Tom sont au sommet. Au jeu des bonus et joker, Tom, en route pour son septième titre, semble tenir le bon bout. C’est désormais la pause estivale. Le temps de recharger les batteries et se retrouvait fin Août à Monza, le circuit préféré de Jack.


Publié par Marc Duclos le 20-06-2018 à 09:30   Imprimer

« Précédent 1 2 3 4 5120 Suivant »

Script exécuté en 0.273 seconde