gpltv
chorloge
Derniers Posts

GPL, 20 ans
par Titi

GPL Rank
par Robert Fleurke

absence
par fgerbo

Archives hist..
par fgerbo

Résumé Jops
par bigdr650

Prochain GP

21-10-2018
Circuit
Laguna_Seca
53 tours
Pilote


Pilotes,

Connectez-vous
à votre espace
membre.
Connexion
X

Utilise tes identifiants F1Legends


pour te connecter à ton espace membre


(les champs sont sensibles aux majuscules et minuscules)




Nom pilote GPL





Mot de passe





Préqualifs





Aucun chrono


Brands Hatch 67 - 2018

Image
Ladies and gentlemen, welcome to the F1Legends circus at Brands Hatch !
Afin de rendre honneur au pays hôte, ou pas, beaucoup de châssis britanniques ont couru dimanche. La majorité d'entre eux provenant de la banlieue londonienne, construits par messieurs Charles & John Cooper.

En parlant de Cooper, et à tout seigneur tout honneur, c'est avec ce bolide que Tom a, d'abord, effacé le vieux record, déjà français, de 14 ans d'âge, par une nouvelle marque en 1'31"470 lors des préqualif'. Il a ensuite réalisé la pole position, en rebattant ce record tout frais en 1'31"462, et, tant qu'à faire, exécuté le meilleur tour en course, intouchable.
Oublions quelques instants notre extra-terrestre préféré et observons la grille. Quatorze pilotes en moins de deux secondes, je ne sais pas vous, mais moi ça me dit que ça annonce quelques échauffourées dans le peloton. D'autant plus que les châssis sont assez disparates de la légère BRM d'Albert et Patrick, à la camionnesque Brabham de Dag, Rolf, Thierry_R et Thiery_G, en passant par la Rossa d'Éric et l'essaim de Cooper d'Alain_M, Titi, Alain_R, Enrique, Tristan et David.

Des bastons il y eut, par petits groupes en fait. De petits écarts, plus ou moins catastrophiques entraineront l'abandon de l'un, David, le retard de l'autre, Albert, voire l'élimination après un retour sur la piste hasardeux d'un troisième, Phil.

Résultats du S1 :
1er : Tom Guérout, Cooper en 60m21.205s
2ème : Tristan Bot, Cooper
3ème : Dag Johnsen, Brabham


Sur le serveur 2 la lutte pour la victoire présente une grille intéressante avec la première moitié en moins de deux secondes, et des châssis tout aussi variés que deux Brabham pour le poleman Gianni et Thierry_C, trois Cooper pour Dave, John et Alain_T, la BRM de Dulima et la Ferrari de Paul. On regrettera des abandons rapides, trop rapides, sur problème mécanique pour Antoine, écrans obscurcis pour François et Jean, pneus froids pour Paul.

La bagarre en tête a lieu pendant près de la moitié de l'épreuve, où les positions ont peu changé, mais où Gianni a maintenu sa première place, chassé par Dave. John et Dulima ont déjà pris pas mal de recul. Une petite incompréhension entre Dave et Gilles rattrapé retarde le premier cité sans qu'il perde sa place, mais beaucoup de temps. Après cet incident, Dave, Dulima et John sont assez proches. Mais le premier des trois repartira de plus belle pour réduire à sept secondes, sur quinze perdues, son retard sur Gianni le métronome.

Résultats du S1 :
1er : Gianni Alvaro, Brabham en 63m30.441s
2ème : Dave Rainier67, Cooper
3ème : John Slow, Cooper


Direction la Finlande plus connue pour son supersonique rallye des 1000 lacs que pour ses circuits, mais qui accueille cette année les compétiteurs de F1Legends à Roadblock. Ce circuit bien sympathique est tracé au milieu de la campagne suomi, et il n'y neigera pas le dix sept juin... en principe.


Publié par bigdr650 le 29-05-2018 à 23:02   Imprimer



Urbanya - 2018

Image
Bienvenue dans les Pyrénées Catalanes pour la désormais classique étape du circuit d’Urbanya.


Sur le serveur 2 (15 pilotes)
Aux qualifications, Eric Bilodeau s’impose sans contestation en 1.32.845, huit dixièmes de mieux que son plus proche poursuivant Dag Johnsen.

Cela présageait une course solitaire devant… Que nenni, la course a été animée par un féroce combat. Dès la première boucle, Dag Johnsen pressurise Eric. Si vous voulez voir une Honda qui fait l’aspiration à une Eagle, mettez-vous dans le cockpit de Dag à la fin du tour 1 et dégustez !
Derrière le duo de tête, Roberto Baldassarri est à l’affût. Au tour 10, nouveau rebondissement, alors que Dag commençait à avoir un petit matelas de sécurité, voilà t-y pas qu’il perd quelques précieux dixièmes. Eric lave l’affront du tour 2, en prenant l’aspiration sur la ligne droite des stands. La plaisanterie a assez duré… Pas tant que ça, car Eric est toujours sous la pression de Dag, sans compter que Roberto suit le rythme et même se montre par à-coups très menaçant.
Au tour 14, Dag spin à Planyas. Mais au lieu de récupérer son erreur en contrebraquant, il reste passif et laisse la voiture le mener hors de la piste où ses chances de survie sont nulles.
Eric reste toujours en très bonne compagnie, mais malheureusement au tour 21, Roberto est heurté par un retardataire et perd automatiquement ses chances de victoire. Il aura beau imprimer un gros rythme, ça ne sera pas suffisant pour conquérir le Graal.

Un combat épique pour la première place, à cela s’ajoute un Enrique Farina très en verve au volant de la lourde BRM. Il va profiter des erreurs de John Slow et Antoine Monassier pour récupérer la troisième place, ce qui n’était pas une mince affaire.
Début de course palpitant pour Dave Rainier en Brabham qui arrive à se défaire de la Lotus du rookie Dave Mustaine, son défi était de voir le drapeau à damier. Une fois enlevé son foulard rempli d’insectes en tout genre collés dans un magma noirâtre, on a pu entrevoir son large sourire.

Résultat du S2
1er : Eric Bilodeau (Eagle) en 61m44.943s
2ème : Roberto Baldassarri (Lotus) à 8.522s
3ème : Enrique Farina (BRM) à 33.648s


Sur le serveur 1 (16 pilotes)
Tom a éteint toute velléité de se faire ravir le trône. Le Khal Drogo du bitume a fait le hat trick. La pole en Ferrari en 1.30.562, on est proche de la perfection. Et que dire de la course, un enchainement de meilleurs tours pour se mettre à l’abri, aucune erreur, un métronome greffé dans le corps, moins d’une heure pour boucler les 39 tours, tout est stratosphérique…

Derrière, les êtres humains ont eu du fil à retordre, des boulons à resserrer, des volants à tortiller, des bourdes à éviter ou pas...
Albert Laigle a dû s’employer avec sa Ferr… Ah non avec une Lotus. Il a tenu en respect David Vanmullem au volant de sa Brab… Ah non d’une Ferrari. Ces deux-là ne se sont pas quittés avec une fin de course haletante et pleine de maîtrise. David accélère, Albert lui répond. La pression est énorme, Albert tient magistralement et finit une seconde devant ! Quel podium, les amis.
Robert Fleurke a profité d’une erreur de Tristan Bot à Planyas pour s’offrir une valeureuse quatrième place en Brabham. Sacrée performance. Tristan, quant à lui, ne sera pas inquiété pour garder la cinquième position.
Le combat pour la sixième place a été âprement disputé. Titi Douet en mode yo-yo a fini par se défaire du marquage des Helvètes Underground, Phil Ebarti et Rolf Halbheer, accompagnés à la basse par KO. Titi a dû patienter la seconde moitié de course pour voir Kram commettre l’erreur lui permettant de s’envoler tel une hirondelle rousseline. Phil et KO ont quasiment fini côte à côte.
De leur côté, Alain Rochette et Patrick Cornu ont vu le drapeau à damier au volant de leurs lourdes Honda, pour le premier, et BRM, pour le second.

Résultat du S1
1er : Tom Guérout (Ferrari) en 59m48.508s
2ème : Albert Laigle (Lotus) à 14.286s
3ème : David Vanmullem (Ferrari) à 15.497s


Au championnat, après six courses, Tom mène la danse largement en tête avec des scores ébouriffants. Au prochain rendez-vous, nous voyagerons vers la perfide Albion sur le tortueux et délicat circuit de Brands Hatch 1967.


Publié par Marc Duclos le 08-05-2018 à 16:49   Imprimer

« Précédent 1 2 3 4 5 6120 Suivant »

Script exécuté en 0.167 seconde